Formation des demandeurs d’emploi

Cette page rassemble les statistiques et les études publiées par Pôle emploi sur la formation des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi.



Principaux indicateurs

Entrées en formation des demandeurs d’emploi
Période T2 Cumul T2 Cumul annuel
2016 206 000 374 000 374 000
2017 146 000 346 000 346 000
Evolution entre 2016
et 2017
- 29% - 7% - 7%
Champ : demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi.
Source : Pôle emploi, fichier des entrées en formation, données brutes.
Accédez aux
données détaillées
Retour à l’emploi des demandeurs d’emploi sortis de formation
Période Taux d’accès à l’emploi dans les 6 mois suivant la fin d’une formation Evolution annuelle
Sortants de formation au
1er trimestre 2017
55,8% -3,8 points
Champ : demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi, formations prescrites par Pôle emploi.
Source : Pôle emploi (fichier historique, SISP), Acoss-CCMSA (DPAE).
Accédez aux
données détaillées


Accédez aux données détaillées

Entrées en formation des demandeurs d'emploi

Retour à l'emploi des demandeurs d'emploi sortis de formation

Formation des demandeurs d'emploi



Dernières publications statistiques

Etudes et évaluations

  • 01/12/2016 - Eclairages et synthèses n° 26, Retour à l'emploi

    Formation et retour a l’emploi : en 2015, près de 60 % des demandeurs d’emploi accèdent à un emploi dans les six mois qui suivent la fin d’une formation

    Parmi l’ensemble des sortants d’une formation prescrite par Pôle emploi en 2015, 57% accèdent à un emploi dans les six mois qui suivent. Ce taux progresse de 1,3 point par rapport à 2014.

    Le taux d’accès à l’emploi après une formation est en moyenne plus élevé pour les formations préalables à l’embauche (AFPR, POEI), pour les demandeurs d’emploi les plus jeunes et plus faible pour les demandeurs d’emploi de longue durée. La hausse du taux d’accès à l’emploi entre 2014 et 2015 est plus marquée pour les populations les plus éloignées de l’emploi (seniors, demandeurs d’emploi de longue durée).

    Selon l’enquête « Sortants de formation », parmi les demandeurs d’emploi ayant terminé une formation en mars 2015 et retrouvé un emploi six mois plus tard, l’emploi retrouvé correspond dans près de deux tiers des cas à l’emploi recherché. L’expérience professionnelle et en particulier la multiplication des expériences professionnelles semblent être des atouts pour le reclassement. Enfin, près de neuf demandeurs d’emploi sur dix affirment que leur formation a répondu à leurs attentes et environ 90 % des demandeurs d’emploi ayant retrouvé un emploi sont satisfaits de l’emploi retrouvé.

  • 15/10/2015 - Etudes et recherches n° 3, Retour à l'emploi

    La formation des demandeurs d’emploi : quels effets sur l’accès à l‘emploi ?

    Les politiques de l’emploi dont le but est de maintenir et d’accroître les compétences des demandeurs d’emploi en vue d’une réinsertion durable sur le marché du travail, tout en surmontant les déséquilibres structurels de ce dernier, ont été largement utilisées dans l’Union européenne depuis ces vingt dernières années. Ce qui ressort des études empiriques sur la formation est que, si les impacts peuvent être positifs en matière de retour à l’emploi, ils sont généralement faibles et peuvent parfois même conduire à des effets adverses. Cette étude met l’accent sur l’effet observé et réel des différentes formations (prescrites par Pôle emploi) sur l’accès à l’emploi des sortants de formation de mars 2013 tout en proposant un éclairage qualitatif de l’efficacité des dispositifs basée sur l’appréciation des bénéficiaires.

    Le premier volet de l’étude qui s’appuie sur l’enquête « sortants de formation » de mars 2013 (réalisée par Pôle emploi) montre que les effets observés de la formation sont inégaux et dépendent fortement de sa complémentarité avec le milieu de l’entreprise et de son caractère certifiant. Les formations qui produisent les meilleurs résultats sont par ailleurs celles pour lesquelles les profils des demandeurs d’emploi sont les moins éloignés de l’emploi. Enfin, plus la durée du chômage par rapport à la sortie de formation est courte et plus les chances d’accéder à un emploi sont grandes. Ainsi, si la formation contribue à créer un effet de motivation au cours des semaines qui suivent la sortie des dispositifs, les compétences récemment acquises peuvent perdre de leur valeur dans le temps si le retour à l’emploi s’effectue trop tardivement. Des éclairages sur l’appréciation des bénéficiaires par rapport à la formation suivie ainsi que sur la qualité de l’emploi retrouvé ont également pu être mis en exergue : une grande majorité des bénéficiaires exprime leur satisfaction sur l’utilité de suivre une formation quant à leur insertion professionnelle et plus d’un sur deux jugent celle-ci en parfaite adéquation avec leurs attentes. S’agissant de l’emploi retrouvé, les deux tiers des bénéficiaires d’une formation considèrent qu’il correspond à celui recherché.

    Après être revenu sur les différents travaux consacrés à l’évaluation des politiques de l’emploi et sur les différents outils statistiques pouvant être mobilisés, le deuxième volet de l’étude est consacré aux effets de la formation sur l’accès à l’emploi des bénéficiaires « sortants » en confrontant les résultats obtenus avec ceux de non bénéficiaires. Afin de disposer de profils bénéficiaires plus détaillés que dans l’enquête « sortants de formation » et de constituer une population témoin, les données sont enrichies à l’aide du Fichier Historique (FH) des demandeurs d’emploi. Le modèle par appariement « matching » qui a été mobilisé permet de contenir le biais de sélection qui se produit lorsque les caractéristiques observables du groupe des bénéficiaires et des non bénéficiaires présélectionnés diffèrent de manière trop importante au risque de fausser les résultats. Si l’effet post-formation est positif sur l’accès à l’emploi et se renforce sur la durée de l’emploi obtenu, il existe néanmoins une certaine hétérogénéité des effets dans le temps suivant le type de programme.

En savoir plus

Source et définitions

 

Source et définitions