Offres d'emploi et recrutements

Cette page rassemble les statistiques et les études sur les offres d'emploi diffusées par Pôle emploi, ainsi que sur les pratiques de recrutement



Offres d'emploi
Du 1er trimestre 2016 au 4e trimestre 2018


Source : Pôle emploi.

Dernières publications statistiques

  • 15/01/2019 - Statistiques et indicateurs n° 19.004, Offres d'emploi

    Les offres d'emploi diffusées par Pôle emploi au 4e trimestre 2018

    Au cours du 4e trimestre 2018, 1,8 million d’offres d’emploi nouvelles ont été diffusées par Pôle emploi, soit une hausse de 10,8% par rapport au 4e trimestre 2017.

    Les métiers du support à l’entreprise enregistrent le plus grand nombre d’offres diffusées au 4e trimestre 2018, avec 17,5% des offres d’emploi. Ceux des services à la personne et à la collectivité et ceux du commerce de la vente et de la grande distribution suivent avec respectivement 14,3% et 13,5%, devant les métiers de l’industrie (12,2%).

    La région Île-de-France concentre 22,7% des offres diffusées par Pôle emploi au 4e trimestre. Elle est suivie par les régions Auvergne-Rhône-Alpes avec 14,2%, Nouvelle Aquitaine (8,8%) et Occitanie (8,0%). A elles quatre, ces régions regroupent 53,7% de l’ensemble des offres diffusées.

  • 30/11/2018 - Statistiques et indicateurs n° 18.044, Offres d'emploi

    Les offres d'emploi diffusées par Pôle emploi au 3e trimestre 2018

    Au cours du 3e trimestre 2018, 2,1 millions d’offres d’emploi nouvelles ont été diffusées par Pôle emploi, soit une hausse de 36,2% par rapport au 3e trimestre 2017*.

    Les métiers du support à l’entreprise enregistrent le plus grand nombre d’offres diffusées au 3e  trimestre 2018, avec 16,2% des offres d’emploi. Ceux des services à la personne et à la collectivité et ceux du commerce de la vente et de la grande distribution suivent avec respectivement 16,1% et 13,9%, devant les métiers de l’industrie (11,4%).

    La région Île-de-France concentre 22,3% des offres diffusées par Pôle emploi au 3e trimestre. Elle est suivie par les régions Auvergne-Rhône-Alpes avec 14,3%, Nouvelle Aquitaine (8,9%) et Occitanie (8,1%). A elles quatre, ces régions regroupent 53,6% de l’ensemble des offres diffusées.

     
    *Une partie des offres transmises à Pôle emploi fin juin 2018 a été diffusée début juillet. En l’absence de ce «basculement», environ 1,9 million d’offres auraient été diffusées au 3e  trimestre 2018, en hausse de 26% par rapport au 3e trimestre 2017.

  • 09/08/2018 - Statistiques et indicateurs n° 18.030, Offres d'emploi

    Les offres d'emploi diffusées par Pôle emploi au 2e trimestre 2018

    Au cours du 2e  trimestre 2018, 1,8 million d’offres d’emploi nouvelles ont été diffusées par Pôle emploi, soit une baisse* de 8,3% par rapport au 2e trimestre 2017. 50,2% de ces offres ont été collectées par Pôle emploi et 49,8% transmises par des sites partenaires.

    Les métiers du support à l’entreprise enregistrent le plus grand nombre d’offres diffusées au 2etrimestre 2018, avec 16,2% des offres d’emploi. Ceux du commerce de la vente et de la grande distribution et ceux des services à la personne et à la collectivité suivent avec respectivement 15,4% et 13,8%, devant les métiers de l’industrie (11,0%).

    La région Ile-de-France concentre 20,9% des offres diffusées par Pôle emploi au 2e trimestre. Elle est suivie par la région Auvergne-Rhône-Alpes avec 13,9% et Nouvelle Aquitaine (9,2%). La région Occitanie représente 8,3% des offres diffusées. A elles quatre, ces régions regroupent 52,2% de l’ensemble des offres diffusées.

Etudes et évaluations

  • 17/01/2019 - Etudes et recherches n° 12, Offres d'emploi

    Comment les start-up recrutent leurs premiers salariés ?

    Les pratiques de recrutement au sein des start-up ne se distinguent pas toujours de celles observées dans les entreprises classiques, et notamment au sein des petits établissements. Cependant le besoin rapide en compétences de haut niveau et notamment dans le domaine du développement informatique qui s’exprime parmi les start-up est un élément discriminant qui induit des processus de recrutement et certaines difficultés d’un type particulier.

    Le premier collaborateur est souvent un stagiaire, en grande partie en raison de contraintes financières mais aussi pour tester et cerner plus précisément le besoin en compétences.

    Les fondateurs de start-up ont de fortes exigences en matière de compétences techniques. Ils portent aussi un vif intérêt aux qualités comportementales, notamment l’autonomie, la capacité à s’auto-former. Les fondateurs de start-up visent en particulier l’agilité, la débrouillardise et surtout mettent en avant la nécessaire adhésion au projet d’entreprise, adhésion qu’ils traduisent souvent par une disponibilité de tous les instants.

    Pour trouver ces compétences, les fondateurs de start-up mobilisent divers canaux et privilégient sensiblement le réseau, en particulier le réseau des écoles. Les jobboards sont au final peu utilisés et le recours aux cabinets de recrutement est très marginal.

    Les fondateurs de start-up considèrent que leur entreprise bénéficie d’une forte attractivité (attrait du défi technologique, de l’enjeu sociétal ou encore de l’environnement de travail et des possibilités d’évolution), et ne semblent pas craindre la concurrence des grosses structures. Cependant ils rencontrent un certain nombre de difficultés dans le processus de recrutement.

    Ces difficultés sont liées en grande partie à l’inexpérience du recruteur et à son manque de disponibilité, qui le conduit parfois à mal estimer son besoin et à se tromper sur les qualités de la personne qu’il recrute, mais sont dues également aux fortes tensions pour certains métiers, notamment celles observées pour les développeurs informatiques.

  • 28/03/2018 - Eclairages et synthèses n° 42, Recrutement

    Diplômes, compétences techniques ou comportementales : quelles sont les principales attentes des entreprises ?

    Six employeurs sur dix estiment que les compétences comportementales sont plus importantes que les compétences techniques. Les compétences comportementales comme la capacité à travailler en équipe, le fait d’être autonome et celui de respecter les règles et les consignes sont jugées indispensables par la quasi-totalité des employeurs.

    A un horizon de deux ans, 60% des établissements estiment que la capacité d’autonomie et le sens d’initiative des salariés devraient se développer et 45% citent un développement des normes d’hygiène, de sécurité et de qualité.  Parmi les établissements envisageant des évolutions de compétences, 10% pensent recruter sur de nouveaux métiers.

En savoir plus

Mini-guide de navigation

Pôle emploi met à disposition des données et des études sur les offres d'emploi et les recrutements.

Mini-guide de navigation